Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La Mort, le miroir de la Vie

Edito Juillet-Août 2018

La Mort, le miroir de la Vie

A mon oncle
A mon grand père
A toutes les âmes qui ont fait le choix de s’incarner, de vivre et de mourir.

La mort, est un vaste mystère dont nous pouvons dire deux choses : il est absolument certain que nous allons mourir, mais quand et comment, est par contre incertain. Depuis mon plus jeune âge, j’ai rencontré la mort et ce questionnement permanent : qu’y a-t-il après la mort ? Qu’est-ce que l’éternité et surtout pourquoi vivons-nous ? Mais soyons honnête, qui ne s’est jamais posé ces questions ?

Dans l’approche bouddhiste, « la mort est un miroir dans lequel se reflète l’entière signification de la vie ». La mort est le processus par lequel nous réalisons l’impermanence de la vie, et l’importance de dédier cette vie à l’éveil de notre maître intérieur. La mort est le moyen de réaliser la grâce de la vie. Elle nous montre l’essentiel, la beauté de cette vie, de cette chance que nous avons saisit de naître et de vivre. Selon les tibétains, la « réalisation de la nature de l’esprit », que nous pourrions appeler également « notre essence la plus secrète », cette quête de vérité qui est ancrée dans nos cœurs, représente la clé pour comprendre la vie et la mort. Quelle est donc la nature de l’esprit ? Si ce n’est la félicité et la clarté…

A tous les voyageurs ayant trouvé un refuge temporaire dans cette vie et dans ce corps, à toutes les personnes qui ont vu la mort de près, qui ont perdus des êtres chers, à tous ceux qui ont fait le choix de vivre et de servir, à toutes les âmes qui cherchent un sens, qui sont en quête de vérité, je pense sincèrement aujourd’hui que comprendre le réel sens de la vie et de la mort est la seule quête essentielle.

« Cette existence qui est la nôtre est aussi éphémère que les nuages d’automne.
Observer la naissance et la mort des êtres est comme observer les mouvements d’une danse.
La durée d’une vie est semblable à un éclair d’orage dans le ciel.
Elle se précipite, tel un torrent dévalant une montagne abrupte. » Bouddha

Comment accompagner une personne en fin de vie ? J’aimerais simplement partager quelques outils pour accompagner humblement les âmes à remonter dans la lumière infinie. Dans chaque épreuve, l’amour reste le pilier fondamental, la présence des proches, leur écoute, leur acceptation sont essentiels. Notre simple présence d’être et de compréhension. Les tibétains, eux, parlent de p’owa, une pratique spirituelle, qui permet d’accompagner la personne dans le passage de la vie à la mort, et parfois la mène à l’éveil.

En ce qui me concerne, les outils que j’ai pu utiliser sont les huiles essentielles, les élixirs de cristaux et les fleurs de Bach. Les huiles essentielles, en massage ou olfaction, sont un excellent moyen de connecter aux émotions refoulées et de les libérer. Celles qui me parle sont :

o Le Cèdre de l’Atlas et le Cyprès permettent de faire remonter l’âme et de rééquilibrer le corps énergétique.
o L’Encens et le Ciste ladanifère permettent l’élévation spirituelle.
o La Myrrhe aide à la cicatrisation, pour tenter d’accepter la souffrance.
o Le Nard de l’Himalaya permet d’accompagner les proches.
o La Rose de Damas, le Jasmin et le Néroli apaisent le cœur et apportent l’amour absolu.
o La pruche apporte réconfort, aide à lâcher prise et à l’élévation.

Les fleurs de Bach seront différentes selon chaque situation, néanmoins Star of Bethlehem reste indispensable, c’est la plante qui va permettre de « faire le deuil ». Prendre 3 à 4 gouttes, 3 fois par jour. Elle traitera en profondeur l’émotion du deuil, et sera à prendre aussi longtemps que nécessaire.

En élixir de cristal, l’émeraude reste un choix sûr. Riche en lithium et Béryllium, l’émeraude répond tout de suite au choc émotionnel lié à la mort. Prendre 3 à 4 gouttes autant de fois que nécessaire.

« Ma religion est de vivre – et de mourir – sans regret », Milarepa
A suivre, la prochaine pensée philosophique sur LA VIE, LE MIROIR DE LA MORT.

AUTEUR

BoutonIdentCarolineMCaroline Marie
Naturopathe & masseuse ayurvédique

Caroline Marie

Commentaires (2)

  • Hélène M. CHAMBON

    10 juillet 2018 à 21:33 |
    Effectivement, pendant l'accompagnement de fin de vie et ensuite le deuil de mon frère, les élixirs de cristaux et les fleurs de Bach que Caroline m'a conseillées ont été particulièrement bénéfiques et une aide précieuse pour supporter la souffrance et les émotions qui me submergeaient.
    J'en profite pour rebondir sur un mot qui m'a touché " "IMPERMANENCE"
    Comme Caroline cite Bouddha, je me permets d'écrire ce que ce mot a évoqué pour lui et ce qu'il a recommandé de réciter chaque jour :
    "1/ Il est dans ma nature de vieillir,, Il est impossible d'échapper à la vieillesse
    2/ Il est dans ma nature d'être malade.Il est impossible d'échapper à la maladie (quoi qu’avec la naturopathie???!!!!!)
    3/ Il est dans ma nature de mourir. Il est impossible d'échapper à la mort.
    4/Tout ce qui m'est cher et tous ceux que j’aime ont pour nature de changer. Il est impossible d'échapper à la séparation d'avec ceux que j'aime.
    5/Mes actions sont mes vraies possessions.Je ne peux échapper aux conséquences de mes actions"

    Je vais tout faire pour que mes actions pendant le temps qui me restent puissent rendre hommage à mon frère....

    Répondre

  • celine remy

    03 juillet 2018 à 12:22 |
    Magnifique Edito Marie...
    un bel été à toi et à ta puce

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.