Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Un autre regard sur la vieillesse

Edito Février 2017

Un autre regard sur la vieillesse

On entend souvent :
La vieillesse est l'automne de la vie ; sur son déclin, elle est en hiver.
Rien qu'à prononcer ce mot : « vieillesse »... on sent le froid qui monte au cœur.

Et si on y mettait le soleil ! Si on posait un autre regard !

La vieillesse récapitule tout le livre de la vie. Elle est encore et malgré tout, une des beautés de la vie, une de ses harmonies les plus hautes.

On dit souvent : « quel beau vieillard ! »
Si la vieillesse n'avait pas sa beauté particulière, pourquoi cette exclamation ?
Mais il ne faut pas oublier qu'à notre époque, il y a, comme le disait déjà Chateaubriand, beaucoup de vieux et peu de vieillards.
Le vieillard est bon, il est indulgent, il aime et encourage la jeunesse, son cœur à lui n'a pas vieilli.
Les vieux sont jaloux, malveillants et sévères.
Si les jeunes n'ont plus pour les aïeux le culte d'autrefois, n'est-ce pas précisément parce qu'ils ont perdu la haute sérenité, la bienveillance aimable qui faisait jadis la poésie des antiques foyers ?

La vieillesse est pure comme la première enfance, elle voit plus clair et plus loin dans les profondeurs de l'infini.
La vieillesse ressemble à une veille prolongée, la veille de l'Eternité et le vieillard est la sentinelle à l'extrême frontière de la vie. De là ces absences étranges, ces distractions prolongées, que l'on prend pour un affaiblissement mental et qui sont, en réalité, des explorations momentanées dans l'au-delà, des phénomènes d'expatriations passagères...

La vieillesse, c'est le soir de la vie mais il y a de si beaux soirs et des couchers de soleil qui on des reflets d'apothéose.
La vieillesse c'est la nuit, mais une nuit si belle avec sa parure de constellations, avec ses voies lactées, ses routes blanches et lumineuses, reflet splendide d'une longue vie pleine de valeurs et d'amour.

L'âme du vieillard est une crypte mystérieuse où s'accomplit les initiations sacrées qui préludent les révélations de la mort.
C'est un travail intérieur qui se résume en un mot : LA SIMPLICITE.
La vieillesse est simplificatrice de toutes choses.
Elle simplifie le côté matériel de la vie, elle supprime tous les besoins factices, les mille nécessités artificielles que la jeunesse et l'âge mûr nous avaient crées et qui avaient fait de notre existence compliquée une servitude.

Le vieillard a une faculté précieuse : celle d'oublier.
Tout ce qui a été futile, inutile dans sa vie s'efface. Il ne garde dans sa mémoire, comme au fond d'un creuset, que ce qui a été substantiel.

Le front du vieillard n'a plus rien de l'attitude fière, parfois provocatrice de la jeunesse.
Il se penche, sous le poids de l'expérience, comme l'épi mûr.
Le vieillard courbe la tête et l'incline sur son cœur, il s'applique à convertir en Amour tout ce qui reste en lui de facultés et de souvenirs.
La vieillesse sereine est le début du chemin vers une autre destination.

Claudette Forenza

Commentaires (7)

  • Vanessa

    27 février 2017 à 12:27 |
    Emprunt d'Amour, touchant et authentique, merci !

    Répondre

  • Patricia

    27 février 2017 à 07:34 |
    Un pur bijou ... Tellement lumineux !!

    Répondre

  • Marie-Thérèse

    25 février 2017 à 22:17 |
    Merci Claudette pour ce texte bien tourné et plein de tendresse!! Est- vieux celui qui a déserté son idéal !! Souhaitons de devenir de bons vieillards heureux et sans regrets des bises .Marithé

    Répondre

  • brigitte

    25 février 2017 à 20:09 |
    une merveille!!!
    brigitte

    Répondre

  • isabelle baille

    25 février 2017 à 19:38 |
    Merci Claudette pour ce profond et merveilleux écrit.
    Bravo à toi de mettre en lumière l'essentiel.
    Bises
    Isabelle

    Répondre

  • Philippe Faix

    25 février 2017 à 17:53 |
    Merci Claudette
    C'est en effet un très beau texte.
    La vieillesse est un moment où la vie nous "oblige" à nous recentrer sur nous-mêmes. Les artifices ont disparus.
    Seuls inconnus nos regrets. Sont-ils plus importants que nos accomplissements, que notre estime de nous ?
    En tout cas, si elle arrive pour moi, j'espère l'accepter et la vivre comme un bonheur supplémentaire... ?

    Répondre

  • anne

    30 janvier 2017 à 20:10 |
    Merci Claudette pour ce joli texte sur ce sujet qui en a cruellement besoin. Gros bisous
    Anne

    Répondre

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.